Ce qu’il faut savoir concernant les plateformes de levage pour handicapés ?

Publié le : 09 avril 20215 mins de lecture

Dans les condominiums, les maisons et les écoles, nous pouvons voir des monte-escaliers fixés à des rampes, prêts à être utilisés par les personnes handicapées moteur.

Les plus simples et les moins encombrants sont montés sur une chaise, mais ils présentent un inconvénient non négligeable : La nécessité de transférer la personne du fauteuil roulant au siège (ce qui n’est pas sans danger pour elle).

Il existe des alternatives, à l’instar des échelles à plateforme ou des plateformes élévatrices les plus sûres proposées par des sociétés spécialisées telles que Faboc, qui ne doivent pas être appliquées à proximité des marches.

En fait, ce véhicule diffère du monte-escalier car il assure un transport vertical, comme un monte-charge.

Il peut également être utilisé pour de légères différences de hauteur, à l’intérieur de maisons privées ou dans des bâtiments publics.

Pour les obstacles ne dépassant pas 8 cm de hauteur, l’impact visuel peut être réduit à zéro, comme le démontre la plateforme élévatrice Faboc pour les personnes handicapées.

Comment fonctionnent les tables élévatrices ?

Les plateformes sont faciles à installer, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des bâtiments, pour des obstacles dont la hauteur varie de quelques centimètres à quelques mètres.

Les temps d’installation sont très courts. Les travaux sont effectués dans la journée dans la plupart des cas et il existe diverses possibilités d’achat.

Ils ne nécessitent pas une consommation électrique importante, de sorte que même un système électrique domestique peut les prendre en charge sans problème.

De plus, le mouvement de l’appareil est exclusivement vertical.

Seulement, contrairement aux ascenseurs, les plateformes de levage ne nécessitent pas de cabine.

Elles consistent plutôt en une plateforme avec des protections physiques latérales et des accès ouvrables (porte d’entrée et de sortie).

Les barres de protection ont une course de 500 mm.

Chaque plateforme est équipée d’un système de protections inférieures anti-écrasement, qui arrêtent son mouvement en cas de choc avec des corps étrangers.

Le poids qu’ils peuvent supporter atteint généralement les 400 kg, de manière à soutenir à la fois la personne handicapée en fauteuil roulant et la personne qui l’accompagne.

Surmonter les petites différences de taille

Nous avons l’habitude d’imaginer que les seuls utilisateurs de plateformes élévatrices sont les personnes en fauteuil roulant, mais nous ne devons pas oublier ceux qui ont des problèmes d’équilibre ou des difficultés motrices, même temporaires, et ce pour différentes raisons.

Ce ne sont pas seulement les particuliers qui en font usage, mais aussi les lieux qui accueillent un grand nombre de visiteurs, parmi lesquels les lieux culturels ne font pas exception (musées, galeries d’art, bibliothèques).

En raison de leur utilisation de plus en plus répandue, de nombreux produits se sont également attachés à réduire au minimum l’espace requis, comme par exemple la plateforme X-Slim, pratique pour les différences de hauteur inférieures à 8 cm.

L’impact visuel est également limité, ce qui permet de les utiliser même dans des bâtiments anciens ou historiques, sans ruiner l’ensemble.

La base d’appui se soulève et s’abaisse en se refermant sur elle-même, ce qui la rend presque invisible pendant les périodes de non-utilisation et il convient de noter que les protections placées le long du bord de la plateforme ne s’élèvent que pendant la montée.

Cela simplifie également l’accès à la plateforme.

L’un des avantages des tables élévatrices est qu’elles peuvent être fabriquées sur mesure, même dans les petites pièces.

Cela ne signifie pas que dans certains cas il est nécessaire de modifier la structure pour procéder à l’installation.

C’est pour cette raison qu’il y a une déduction Irpef de 36 à partir du 1er janvier 2020 pour la suppression des barrières architecturales.

Pour les dépenses engagées avant le 31 décembre 2019 et au plus tard le 26 juin 2012, la déduction passe à 50 %, sur présentation des documents.

Selon les normes européennes (UNI EN 81-41) et pour des raisons de sécurité, chaque plateforme doit être équipée d’un dispositif d’alarme et d’une commande d’arrêt d’urgence, comme un ascenseur.

Selon cette même norme, la plateforme doit être conçue de telle sorte qu’elle ne fonctionne pas lorsque le poids dépasse de 75 kg la capacité de charge maximale de la machine, au moyen d’un dispositif de surcharge.

Il existe également des exigences minimales en matière de largeur de plan et de capacité de charge minimale, établies par le décret ministériel 236/89.

Plan du site